Maison d’opéra fédérale au sein de la capitale de l’Europe

LA MONNAIE DE MUNT

Philippe Boesmans

1936-2022

Temps de lecture
5 min.
« La musique est toujours un voyage. »

— Philippe Boesmans

Le compositeur belge Philippe Boesmans (né à Tongres le 17 mai 1936) est décédé le 10 avril à Bruxelles après une courte maladie. Nous sommes profondément touché.e.s par la disparition de cet artiste si cher à notre maison, et nous présentons nos sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

« Nous voulons nous souvenir de Philippe pour son humanisme, son humour et sa générosité », déclare notre directeur général Peter de Caluwe. « Il était un invité de choix dans notre Théâtre et l’un des piliers essentiels de notre maison. Sa contribution artistique à la Monnaie et au monde de l’opéra contemporain est inestimable. Trois directeurs successifs de la Monnaie ont pu compter sur ses conseils avisés concernant la programmation de notre institution, pour laquelle il a fait nombre de suggestions originales. Son opinion comptait, et elle nous manquera énormément. »

En tant que compositeur en résidence sous la direction successive de Gerard Mortier, Bernard Foccroulle et Peter de Caluwe, il a reçu de nombreuses commandes de créations pour la Monnaie. Cette étroite collaboration a débuté avec La Passion de Gilles, son premier opéra, créé en 1983. Ont suivi Reigen (1993) d’après une pièce d’Arthur Schnitzler, Wintermärchen (1999) d’après William Shakespeare, et Julie (2004) d’après August Strindberg. Tous ces opéras ont été mis en scène par Luc Bondy, qui en a également écrit les livrets.
Par la suite, en coproduction avec de grandes maisons d’opéra à Paris et le Festival d’Aix-en-Provence, nous avons créé Yvonne, princesse de Bourgogne (2009), Au monde (2014) et plus récemment Pinocchio (2017), ces deux derniers titres en collaboration avec le metteur en scène Joël Pommerat.

En mars, nous vous annoncions la création d’un nouvel opéra de Philippe Boesmans : On purge bébé. En compagnie du metteur en scène et librettiste Richard Brunel, Philippe finalisait la partition de cette comédie inspirée de la farce éponyme de Georges Feydeau. La première de cette œuvre aura lieu en décembre de cette année.

En plus de ses œuvres pour la scène, Philippe a également été très actif en tant que compositeur de musique de chambre et de pièces symphoniques. Son cycle de mélodies Trakl-Lieder a été interprété par l’Orchestre symphonique de la Monnaie en février dernier sous la direction de son grand ami le chef d’orchestre Sylvain Cambreling, qui a créé plusieurs de ses compositions.

Philippe était un monument de la musique belge et européenne. Ses œuvres ont été jouées dans le monde entier. De nouvelles productions de ses opéras sont encore régulièrement montées, comme récemment à Stuttgart et à Paris (Reigen) ou à Nancy (Julie). Il a été une référence pour de nombreux autres compositeurs, parmi lesquels Benoît Mernier et Kris Defoort, dont il a accompagné le travail dans les œuvres qui leur avaient été commandées par la Monnaie.

Nous souhaitons à toutes celles et tous ceux qui ont connu Philippe, de près ou de loin, beaucoup de courage dans cette épreuve. La Monnaie lui rendra hommage en musique et en toute sérénité.

Partagez cette page